83147088_2549361638465641_4024187062734290944_o

Nous inaugurons  le mois de février avec la thématique de l'amour.
Et pourtant, nous mettons en avant la chanson 'Bayéndi' de Tita Nzebi, qui s'adresse ici à la mort. Certain-e-s seraient étonné-e-s. Mais pas nous.

Bayéndi

Peut-on penser la mort sans la vie, sans l'amour ? 
La chanson 'Bayéndi' (qui veut dire 'les partants' en langue nzebi) est belle et claire : la chanteuse gabonaise s'adresse à la Mort et lui reproche de faire partir ceux et celles qui n'ont pas eu le temps de construire un chemin de vie ici. Mais ce n'est pas tout à fait un chant de colère. Pas non plus apaisé. C'est un constat. Dur, mais tempéré par sa voix, les choeurs, les mélopées. La chanteuse s'inscrit, à l'instar de Catherine Braslavsky et de son spectacle 'Ave Eva' dans un cycle imperturbable depuis des milliards d'années : la vie, la mort, la vie, la mort, celle qui vient de la nature, celle qui vient de la prédation humaine...ce n'est pas toujours 'juste' selon nos critères, selon nos époques. Mais c'est là, il faut faire avec. Prendre acte  : et avancer. Il y a plusieurs siècles, sans doute un troubadour sumérien s'adressait à la mort lui-aussi. Dans plusieurs siècles, une chinoise ou une argentine  fera la même chose. Et c'est ainsi que le chant devient transmission, devient force qui s'inscrit dans ce cycle de vie, de mort, que ce chant est fondamental, qu'il ne saurait être réduit à des concours de voix pour divertir et faire oublier les gens.
'Bayéndi' sur l'album 'From Kolkata', label Bibaka, 2019
En concert au 360 Paris Music Factory le 28 mars

C - Copie

 

 

 

 

Mouvelife est un blog dynamique en pleine expansion et c'est grâce à vous, merci. Vous pouvez faire un geste en nous soutenant financièrement sur Tipee : https://fr.tipeee.com/mouvelife